Trophée des montagnes

Oz en Oisans - 1ère étape : Longueur : 5,715 km - Dénivelé positif : + 338 m - Dénivelé négatif : - 341 m

C’est avec Geyna que je suis partie pour cette première étape. Une belle montée, casse-pattes au début, puis une grosse descente, pendant laquelle j’ai été bien contente d’avoir pris Geyna, qui, si elle n’est pas au pied toute seule, une fois la ligne passée devant le cou, reste bien clame à mes côtés sans m’emmener , ça fait du bien, ça rassure, et du coup on est descendues en trottinant quasiment tout le temps. Bref bien mieux que l’année dernière avec Indy qui m’avait fait très peur toue la descente et avec qui j’étais descendue tout doucement. Ce TDM 2016 commence bien !

 

Oz en Oisans - 2ème étape : Longueur : 5,164 km - Dénivelé positif : + 649 m - Dénivelé négatif : - 0 m

Ce matin c’était l’étape de montée, 5 km pour 600D+. Une étape pour Indy évidemment. C’est donc avec lui que je me suis élancée ce matin. On est bien montés que les premiers kilomètres, dans la forêt, dans des singles superbes, humides et frais, le top. La seconde partie était plus chaude, Indy a eu plus de mal, il s’est couché un moment dans l’herbe humide, du coup on a fait une petite pause et on a fini doucement mais sûrement. Merci mon loup d’être aussi volontaire !

 

Oz en Oisans - 3ème étape : Longueur : 6,314 km - Dénivelé positif : + 150 m - Dénivelé négatif : - 156 m

Pour cette troisième étape, présentée comme roulante et sans difficultés (150m de dénivelé pour 6 km, c’est soft), je suis donc partie avec Indy. Alors, effectivement, le dénivelé n’était pas violent, mais les chemins très accidentés parsemés de nombreuses roches. Et, en voulant doubler, ma cheville droite la lâché sur l’une d’elle. Au bilan des genoux bien égratignés et une entorse. Le temps que j’enlève la chaussure j’avais déjà un bel œuf. Heureusement je suis tombée juste à côté d’un lac, j’y ai donc mis mon pied pendant une vingtaine de minutes avant d’entreprendre, à pied, les kilomètres qu’il me restait à parcourir jusqu’à l’arrivée. Les secouristes qui m’ont rejointe m’ont bien proposé l’hélicoptère, seul moyen de m’évacuer sans avoir à marcher, mais j’ai refusé, on ne déplace pas un hélico pour si peu ! Bref un peu de repos, un bon strapping et j’espère pourvoir repartir demain ou au pire mercredi.

 

Bilan à venir